Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/09/2021

115.

Je me souviens de cette jeune et brillante étudiante en philosophie, dont l'ambition était de construire son propre système de pensée. Par assimilation, je me demande si la mienne n'est pas, désormais, de le défaire, entièrement.

14:38 Publié dans Blog | Lien permanent

06/09/2021

116.

"C’est la vision du pousse-pousse qui les a surprises. Personne ne peut s’attendre, quand on intègre des champs d’horreur comme ceux-ci, à ce qu’une image fige votre attention, jusqu’à ce que l’infirmière-chef vous ramène sur terre, brutalement. Pas de place pour les rêveries, ici ! a-t-elle tonné, avant de reprendre ses gestes mécaniques. C’étaient les éclats d’obus qui dominaient, dans le camp médical : rien de propre, des plaies souillées, la gangrène gazeuse qui progressait tous les jours, avec son lot de morts en deuxième session, comme on les appelait là-bas. Juste après qu’ils aient échappé à la faucheuse, qu’elle ait fauché leur cothurne, le type avec qui ils s’entendaient bien. Dans le théâtre de la guerre il n’y a aucun premier rôle : c’est l’Histoire qui se charge de les désigner. Au front, il n’y a qu’un enchevêtrement de corps suppliciés, de râles constants et d’ordres froids, ceux des médecins, des infirmiers – professionnels ou bénévoles – des brancardiers et ceux des sections sanitaires automobiles qui enchaînaient. Sans que personne ne sache où on allait. Dans les premiers temps de cette guerre-éclair, les problèmes se posaient par strates : des blessures modernes dues à l'artillerie, au gaz ou aux balles des shrapnells, l’anarchie du ramassage des blessés, des bases fixes pour les services de santé, des établissements sanitaires montés à la hâte dans des lieux entre-temps tombés à l’ennemi… Rien de tout cela ne semblait réel aux yeux des trois filles plongées dans le bain dès leur descente du train et pourtant, tout incarnait la réalité la plus sordide de l’être humain."

Extrait de Aurelia Kreit, les jardins d'Ellington (janvier 2023)

07:29 Publié dans Blog | Lien permanent

05/09/2021

117.

CC.jpg

16:03 Publié dans Blog | Lien permanent

04/09/2021

118.

Elle est une figure importante des dix dernières années de mon existence, me demande tout de go où j'en suis avec cette histoire russe qui m'accaparait, il y a quelques années encore: je sors le gros livre rouge, je lui offre, elle le soupèse, l'observe, elle y voit, elle, tout ce qui a failli me perdre et m'a simplement laissé exsangue. Il est là, dans ses mains, et je ne m'en lasse pas.

11:06 Publié dans Blog | Lien permanent

03/09/2021

119.

La question, tous les jours, de trouver quelque chose à dire, qui s’éprouve au regard de l’impression d’avoir tout dit, déjà.

10:31 | Lien permanent

02/09/2021

120.

Alceste, le vieux misanthrope, s’est défait de la frivolité de Célimène en trouvant son endroit écarté ; l’inverse est toujours possible parce que rien n’est jamais trop tard : à tout moment on peut choisir la vie, à condition de ne pas la rater. 

13:51 Publié dans Blog | Lien permanent

01/09/2021

121.

Dans l'absurde de ce monde, la phrase entendue le plus, un jour de rentrée, reste : "Tu sors à quelle heure?".

07:47 Publié dans Blog | Lien permanent

31/08/2021

122.

bordas.jpg

09:17 Publié dans Blog | Lien permanent