Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/09/2021

104.

Scène 1 - Un homme seul, sur scène.

(L’air gêné, il se tord les mains, hésite) Voilà… Exceptionnellement, Mesdames, Messieurs, ce soir, je ne jouerai pas. Je ne suis ni en grève ni malade, mais je ne jouerai pas, pour des raisons que je tiens à vous expliquer avant que vous partiez vous faire rembourser. Ou pas, parce que je n’ai prévenu personne que je ne jouerai pas aujourd’hui, et surtout pas le directeur du théâtre, qui m’aurait viré avant même que je ne joue pas, vous voyez le problème. D’ailleurs, ça n’est pas tant que je ne veuille pas jouer, c’est surtout que je ne veux plus jouer de cet instrument-là. Qui m’a bouffé ma vie, mes amours, mon temps libre. Ma carrière. Au début, je voulais être astronaute et comme je n’en avais pas les capacités, j’ai fait des études maritimes. Je sais, vous ne voyez pas le rapport mais moi je le vois. Dans les deux cas, avec elle, ça n’était pas possible. Déjà que dans les trains et les transports en commun, elle pose problème, alors dans un cockpit ou une cabine, vous imaginez ? J’ai renoncé à ça, j’ai dû aménager des espaces chez moi pour elle, restreindre les autres pour la vie courante : forcément, ça n’est pas toujours très bien pris par celles qui passent par là et qui aimeraient bien un peu d’air… (Il s’agite) Déjà qu’on est seul contre tous quand on se promène avec un truc comme ça, qu’il n’y a personne pour vous aider mais tout le troupeau pour vous tomber dessus au cas où vous accapariez une partie de l’espace qui leur est dû parce qu’ils l’ont payé ! L’autre jour, tiens, j’étais tellement énervé de devoir aller à l’autre bout de la ville pour répéter que je me suis payé un gamin qui faisait suer tout le monde dans le train, et dont la mère m’avait reproché d’occuper tout l’espace des bagages, juste avant de partir. J’ai regardé le gamin dans les yeux, je lui ai dit : « Tu sais que le Père Noël est mort dans les attentats, à Paris ? » et je me suis levé, tranquillement. Pour être le premier à sortir du wagon avant de bloquer tout le monde dans les allées.

Extrait de "Contrebrassensiste, ou la moustache de Pierre Nicolas", à paraître.

 

09:57 Publié dans Blog | Lien permanent

17/09/2021

105.

Il faudrait juste demander / Pardon pour le chagrin vécu / Et reconnaître in fine / Que ce qui était là n’est plus ;

Qu’il n’y aura de résurgences / Qu’à la fortune du hasard /D’une impression ou d’une essence / Que le destin ramène, hilare.

Le séneçon laineux ainsi / Que la fétuque rouge, conjoints / Colorent les champs définis / D’une esquisse des jours anciens ;

Les cris des fulmars boréaux / Riant de la tristesse humaine / Ne laisseront à ce héros / Que l’issue héraclitéenne :

Le fleuve jamais ne repasse / Le cours des amours effacées / On peut en espérer la trace / Sans plus jamais la retrouver.

 

11:19 Publié dans Blog | Lien permanent

16/09/2021

106.

Je raconte tous les ans, avec la même intensité, l’origine de l’amour telle qu’Aristophane la dépeint dans le Banquet de Platon: les androgynes que Zeus châtie en les coupant en deux par la foudre et qu’il dissémine dans l’univers entier, chaque partie passant son temps à chercher à retrouver l’autre. Le mythe de la part manquante. J’ai tout de même, avec l’âge, l’impression que cette histoire est absolument illusoire, tout en y croyant de plus en plus, allez comprendre. 

15:07 | Lien permanent

15/09/2021

107.

Confondre synagogue et synecdoque ne suffit pas à rendre le Gradus antisémite.

12:19 | Lien permanent

14/09/2021

108.

La belle chronique attristée d'une amie, ce matin, m'apprend la mort - par cancer - d'une femme que je ne connaissais pas: elle est danseuse, chorégraphe, pleine de vie, a deux filles en bas âge et un amoureux dont j'imagine à quel point il doit être dévasté, aujourd'hui. Ça n'est pas une nouveauté, la mort, mais quand elle frappe aussi durement, quand elle rappelle, toujours l'aléatoire, on ne peut que la voir par le prisme de l'injustice, ce dont elle se fout comme de sa première  faux. Je regarde ses photos sur un réseau social, j'en ai un peu honte, elle est de celles dont j'aurais pu tomber amoureux au premier regard, mais elle n'est plus. Pourtant, voir que sur son bureau de travail préside la Valse de Camille, en représentation, me dit que cette femme-là, dont j'ignorais tout de la vie, ce matin, n'est pas morte pour tout le monde.

12:47 Publié dans Blog | Lien permanent

13/09/2021

109.

« Dieu voulut que ses coups frappassent les amants par Satan liés », perfection hugolienne, réentendue hier.

12:47 Publié dans Blog | Lien permanent

12/09/2021

110.

IMG_0005.jpgL'antenne régionale d'une radio nationale. Je crois être invité en tant que Président du Festival du Livre mais en fait, l'émission - menée de main de maître par une jeune journaliste - s'intitule "un CV Héraultais" et s'appuie sur le parcours d'un individu, de son enfance à ses études, de ses passions à ses choix. Ça se passe en direct, sans filet, et je me retrouve à distinguer ma Croix-Rousse natale de la ville de Lyon, à parler de mes marionnettes et des heures que je leur ai consacrées, enfant, sans jamais connaître l'ennui, à mon rapport à l'imaginaire qui a déterminé mon rapport à l'écriture, mes choix de vie etc. C'est anthologique et très curieux, de fait: comme une somme, qu'on étale publiquement. C'est aussi l'apprentissage de la frustration, parce que l'heure prétendument consacrée est en fait saucissonnée par des chansons - la plupart atroces - et se résume à des pastilles de 4 minutes, qui changent d'angle d'étude à chaque fois. Quand le fichier sera disponible, je le mettrai en ligne, ici. On m'a présenté, d'entrée, comme Homme de Lettres, je me suis assumé publiquement comme écrivain, d'abord, j'ai dû parler de moi mais aussi d'un singe en hiver, de la Chèvre et, en guise d'entretien d'embauche, j'ai dû me définir en trois adjectifs (passionné, travailleur et exigeant,) et j'ai eu trente secondes (les dernières), pour donner envie de lire "le Voyage au bout de la nuit". Aurelia m'a accompagné, elle est désormais (j'espère) sur la table de chevet de l'animatrice, mais on n'a pas eu le temps d'en parler. C'est l'essence de la passion, la frustration, c'est ainsi, ça n'est pas ma faute.

12:05 Publié dans Blog | Lien permanent

11/09/2021

111.

J’achetai "Des visages, des figures" le jour de sa sortie, il y a vingt ans, et comptai bien l'écouter tranquillement.

10:16 | Lien permanent