Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/04/2016

Ebène.

Ebène.jpgCes imbéciles désoeuvrés ont dû, comme tous les samedis, agrémenter leur soirée de quelques bières bon marché et de deux ou trois joints préservés de leur consommation de la semaine. En internat, loin du milieu rural auquel leurs parents les ont astreints. Ils ont besoin de ça pour se désinhiber, les garçons surtout, qui n’osent pas dire à la fille qui les accompagne qu’ils la trouvent, chacun à leur façon, désirable. Qu’ils aimeraient bien passer le cap avec elle mais qu’ils ne savent pas comment faire : à force de regarder des vidéos pornos, ils pensent que la vie est comme ça mais eux ne se sentent pas à la hauteur. Alors ils pavanent, parlent fort, ponctuent chacune de leur phrase de « gros », de « clair », plus de « wesh » ni de « pelo », c’est trop has-been. Même has-been devient has been pour eux, va comprendre. Et surtout, va faire des phrases avec toute cette misère sociale, culturelle, générationnelle. Comme l’ennui l’a toujours été, avant qu’on s’en extraie. Bref, ce soir-là, ils sont montés dans la 106 rouge du seul qui a le permis, ils ont tourné dans les villages aux alentours comme s’ils s’étaient risqués dans des quartiers ennemis de Harlem, ils ont bu, ils ont fumé, dit du mal de ceux qu’ils n’aiment pas, passé en revue les profs de leurs lycées professionnels, se sont juré une millième fois qu’ils allaient devenir riches, se barrer de ce pays, lâcher leurs vieux, comme ça, sans prévenir. En attendant, il fallait passer à l’acte et, au moins, briller un peu plus que l’autre, aux yeux de la fille, peut-être, ou de manière plus générale. C’est lui qui a eu l’idée d’embarquer dans le coffre le fusil de chasse du père, c’est lui qui le leur a montré, qui a jubilé de sa gloire sur le moment, de l’effet qu’il provoquait enfin sur les autres. Qui est-ce qui a eu l’idée d’aller faire chier le voisin, là, ce mec qui les provoquait par son seul bien-être, par les activités qu’il menait avec ses enfants, avec les enfants du village qu’il laissait approcher Ebène, son âne?  La douceur incarnée, et l’école de la vie : on n’a jamais autant douté de l’imbécillité présumée d’un âne que quand on en a côtoyé un. Ce samedi soir, les ânes bâtés n’étaient pas dans un pré, mais dans une voiture, qui s’est mise à distance dans un premier temps, celui des conciliabules, des « Chiche ? » ou des « Tu n’oseras jamais ! ». Qui a le premier pensé que leur virilité se mesurerait à l’aune du passage à l’acte ? Qui a armé le fusil, s’est approché d’Ebène et, sans jamais le regarder dans les yeux, l’a abattu, maladroitement, le laissant agoniser, riant de cette agonie ? Les autres ont-ils perçu, trop tardivement, que cet acte-là les déterminerait, pour la vie ? Qu’ils auront beau plaider l’acte imbécile, justement, la bêtise de jeunesse, l’irresponsabilité, ils seront à vie, dans le village, dans le secret de leurs vies, plus tard - quand ils se seront séparés pour ne plus avoir à repenser à ce samedi-là - porteurs de cette violence gratuite, qui n’est pas grave au regard de ce qui peut se passer de plus terrible tous les samedis soirs (on dira ça au tribunal de police, pour relativiser) mais qui l’est d’autant plus qu’elle est le symbole d’une morgue, d’une impunité insupportable. Ebène aurait pu leur faire comprendre ça, s’ils l’avaient écouté : ce n’est pas seulement sa vie qu’ils ont prise, c’est la leur qu’ils ont sacrifiée.

10:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

07/04/2016

Tébessa, 2016.

11059993_10204503733912863_8001154961779136534_n.jpgC’était il y a huit ans, bientôt, déjà, et c’était le début d’une si belle aventure qu’elle a décidé d’elle-même de ne jamais s’arrêter. Après de longues années dans un tiroir, le manuscrit de ce qui ne s’appelait pas encore « Tébessa, 1956 », mais, dans l’ordre, « Mémoire vive » ou « Poisson-chat », voyait enfin le jour sous la direction, exigeante, de Claude Raisky et de sa femme, Evelyne : exigeante dans sa façon d’expurger du manuscrit tout ce qui relevait de ma voix à moi pour être au plus près de celle que je redonnais à Gérard, ce jeune soldat de vingt ans quittant sa Croix-Rousse et son magasin de fleurs pour se faire tuer dans le canton de Djeurf. Soixante ans après ce 5 avril funeste, mon frère s’est arrêté dans la ville, a été reçu par ses édiles, leur a offert ce livre intemporel, par sa couverture, par l’absence – une règle chez moi - de toute marque qui pourrait souffrir de l’usure du temps. Il le leur a donné en mains propres, eux-mêmes, après lui avoir ouvert les portes de la ville et du cimetière français, se sont engagés, sur l’honneur, de le traduire, d’en offrir une version arabe qui répondra à la volonté de ce roman : dire l’absurdité de la mort d’un jeune homme, où que ce soit, quel qu’il soit. J’ai suffisamment appris de mes différentes expériences qu’une promesse n’est valable que quand elle est tenue, mais je crois en ce signe venu de l’autre côté de la Méditerranée. La mienne, désormais. Après sa sélection dans les cinq romans français par Lettres-Frontière en 2009, après la parution, en 2012, d’un extrait de ce livre à étudier dans un manuel de 3ème, qui m’a permis de côtoyer Shakespeare dans l’index final, après la lecture d’extraits du roman par un magnifique comédien, projet hélas inachevé, ce serait une nouvelle vie donnée à « Tébessa », dont j’ai toujours su qu’il me survivrait. Il restera à finaliser « l’Embuscade », sublime chanson adaptée du roman, dont j’attends toujours la version définitive. Et je le laisserai vivre sa vie, tout seul.

12:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

29/03/2016

Un dernier mot.

Je ne vais pas revenir par la fenêtre après être sorti par la porte, mais Guillo, cet artiste que j'aime et que j'ai beaucoup défendu sur ce blog, m'a envoyé un beau cadeau, que je diffuse ici en guise d'au-revoir. Les mots sont les miens, ils sont lus par un comédien, le chélonien Stanislas de la Tousche, et ils servent d'introduction au spectacle de Guillo. Tous les soirs, me dit-il, il entre sur scène sur ces mots-là et, selon lui, ça n'est que du bonheur. Et pour moi donc! Vous trouverez entre les lignes les raisons pour lesquelles j'ai besoin de cette pause. Je remercie ici tous ceux qui m'ont manifesté de l'amitié et de la sympathie. Ça n'est pas triste, ça ne doit pas l'être. La porte reste ouverte: ponctuellement, je remonterai à Cheval. De Troie ou de mer.
la vidéo, c'est ici.

11:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

28/03/2016

Voilà, c'est fini.

Le Cheval fait une pause, peut-être définitive: plus d’envie, plus l’autorité nécessaire, l’impression de se répéter autant que de se défiler. Je me servirai de ce support occasionnellement, quand j’aurai vraiment quelque chose à dire, ou à défendre. Un livre reliant une partie de mes articles de l’année écoulée devrait sortir prochainement, si l’éditeur concerné est toujours motivé et boucle le travail. Il sera soumis à souscription. Cela fait huit ans, maintenant, que ce blog existe, plus de cinq ans qu’il est quotidien. Les changements de vie, les échecs, la lassitude me poussent à précipiter sa fin plutôt qu’à vivre son agonie. Pour autant, je n’efface pas les presque deux mille notes qu’il contient : je suis même surpris moi-même quand on me propose d’en relire certaines. Ou quand j’apprends que telle autre circule encore et sert de support. L’écriture quotidienne est une sacrée thérapie, mais elle ne me sert plus autant qu’avant : je reprendrai ce mode, peut-être, quand j’aurai repris l’écriture, la vraie, la grande. Merci à tous ceux qui passent ici tous les jours, j’en connais. Continuez d’aller chez Chavassieux dans le même temps, ne m’oubliez pas en tant qu’auteur. Ce ne sont pas mes premiers adieux, j’espère que ce ne seront pas les derniers, mais pour l’instant, je ferme. Prenez soin de vous.

15:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

26/03/2016

I'm not a number.

En bas de chez moi, la musique de la fanfare me ramène à l'ambiance du "Prisonnier", à l'heure où le N°2 dont on parle est beaucoup moins affable que tous ceux qui l'ont précédé. Il n'empêche, dans ce village planétaire, c'est toujours la liberté qu'on malmène le plus. Comme si on avait peur de l'essayer vraiment.

18:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

25/03/2016

PAL.

"On m’a demandé de me décrire à la moitié de l’âge que j’ai maintenant : j’ai détourné le sujet et me suis imaginé à deux fois mon âge. C’est maintenant l’avenir qui m’intéresse, un peu plus que les autres. Je me suis construit à mon insu, les accidents qui m’ont mené là où je suis et dans votre cabinet m’ont blessé, au sens où l’on blesse le marbre, Docteur. Si je vous ai tant parlé de ce Larrouquis, c’est parce qu’à son âge, à sa place, je n’aurais pas manqué ce panier. Je ne l’ai jamais formulé, on m’aurait trouvé prétentieux, vous le premier. Un tir de basket-ball est un temps suspendu, l’inverse de l’arbitraire. Si j’en ai voulu à Larrouquis, c’est parce qu’il savait qu’il ne le réussirait pas. Je l’ai excusé, mais ça n’a pas pas changé le destin de son tir, et le mien, par extension. En l’excusant, je me défaussais de mes responsabilités. Quand il a dit qu’il était un raté du basket, j’ai pensé qu’il voulait qu’on le plaigne, j’ai tout refoulé. J’en ai voulu à mes entraîneurs de ne pas me laisser montrer que je ne raterais pas ce type de tir, et qu’un tir tenté dans ces conditions est le même à St-Jean de Touslas ou au Palais des Sports.

J’ai quitté la France au moment où j’y trouvais l’amour, vous n’en serez pas étonné. Pas plus que l’Espagne m’ait choisi. J’ai gardé en tête les premiers mots de Machado que j’ai entendus, à vingt ans : "Et quand il ne vous restera plus que quelques heures à vivre, souvenez-vous du dicton espagnol : "on n'a rien écrit sur les lâches". Vivez ces heures en vous souvenant qu'il faut que l'on écrive quelque chose sur vous". Je les ai emmenés avec moi, ces mots, à Madrid : ils seront la permanence dans l’évolution que je vous demanderai de constater."

 

17:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

24/03/2016

Syndrome.

Mon ex-ex-ex-ex-ex-ex-ex-copine se marie et je me sens abandonné.

 

19:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

22/03/2016

Quelque chose noir.

Le pire de cette époque-là, c’est qu’il n’offre pas l'avers qu'évoquent ceux qui ont connu, en d'autres temps, ce qui leur semblait déjà le pire de l'homme. Comme s'il avait annihilé le meilleur possible.

20:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)