Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/09/2011

Grand lièvre sain.

Image 13.pngDrôle d’appareillage que ce « Grand lièvre », vingt-et-unième album (le décompte se conteste) de Jean-Louis Murat, celui dont j’ai déjà beaucoup parlé ici - sans en faire une constante non plus – ce qui m’avait valu pour cet article une fréquentation record de mon blog intimiste, la rencontre avec  des personnes qui avaient réagi et un message du bougnat lui-même pour me remercier de la qualité d’un article qui avait sans doute, pour lui, le mérite de ne pas être écrit par un journaliste…  Sa lecture de « Tébessa », également. J’écoute « Grand Lièvre », donc, depuis la mi-journée, sans en avoir rien lu avant, et j’ai comme première impression d’écouter un croisement entre plusieurs des vies musicales de Murat. Un peu comme si « A Bird on a poire », album dont il avait confié la réalisation musicale à son complice et bassiste Fred Jimenez, avait croisé « Murat en plein air » , le « Moujik » et quelques-uns des vieux morceaux de "Cheyenne Autumn". J’élude volontairement les grosses productions que sont « Mustango » et « le Cours ordinaire des choses », américaines jusqu’au bout des doigts des musiciens de Nashville, pour ce dernier. Murat, dans « Grand lièvre », revient à quelques-unes des chansons terriennes auxquelles il nous a habitué, mais il y mêle un esprit pop dans les chœurs, principalement, qui contrecarrent à intervalles très réguliers les refrains désabusés sur le temps qui s’éloigne, les amours qui déçoivent, les paysans qui doivent vendre les prés. Un peu de scratch aussi, pour quelques touches électro que reprend l’orgue de Slim Batteux. Murat se joue de propos sur la Grande Guerre, sur la 2ème, le chaos qu’elles ont entraîné (« sans pitié pour le cheval ») par le biais d’un texte lu en voix coda ponctué des « la, la, la, la » de ses complices. De dialogues de films samplés.  Voire de Kiki et de qui, qui, qui ? sur « le champion espagnol »… Les crédits sont a minima, on sent l’album « à la maison », en famille. Avec ses deuils (Alex & Nancy, Rémi) ses renoncements et ses assurances. Il manque Clavaizolle, mais Murat continue son « en plein air » en ancrant ses textes sur les lieux qu’il habite, et l’inverse. Joue sur des fausses pistes, semble parler de lui en « garçon de la montagne qui n’était pas paysan », élude en prenant quelques intonations du Murat monstre public (« Mais qu’est-ce que ça veut dire »), sans compter ce qu’il énonce sachant qu’on le contredira : « je dois être ignorant ». Pirouette rhétorique. Comme les alternances faites de patois, de résurgences médiévales et de mythologies, pas toujours suivies (quelle novlangue pour « Amilumba, Amilumbao » et « Ro to fa ki » ?). Mais c’est Murat, ce ne peut être linéaire, et je n'ai pas forcément envie de tout savoir. Sa douze cordes fait merveille sur un basse/bat’ très « au fond » (eh, je sors de cinq mois de studio !) qui fait l’identité profonde du disque. Et annonce une tournée avec la formation qui lui sied le mieux. « Grand lièvre » laisse aux premières écoutes le goût d’une belle entrée en matière et de deux « chansons » plus cadrées et plus impactantes (je voulais placer ce mot débile pour essayer, je l’enlèverai demain, sans doute), « les rouges souliers » et « Vendre les prés ». Dommage, dès lors, qu’il les ait livrées avant , sur le Net. Dommage aussi que « Vendre les prés » rappelle « la complainte du paysan français » de la tournée 2000. Mais Murat est essentiel, quoi qu’il fasse et quoi qu’on en dise : deux ans sans rien sortir, chez lui, c’est inhabituel, mais si ça lui a permis de rester à la maison avec des amis et de nous en faire bénéficier après, je n’ai qu’un mot, amical, à dire : qu’il y reste, le Jean-Louis, qu’il y reste. A l’exception des dates qu’il va faire et où j’irai le voir.

 

 

20:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.