Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/11/2018

Girafe Capitale.

réalgar.jpgC’est un beau salon que celui de l’Autre Livre, dans la belle Halle des Blancs-Manteaux – il me semble me souvenir que la rue du même nom est aussi une chanson que Sartre a écrite pour Gréco, qui l’a perdue. En plein cœur du Marais, c’est un événement qui attire du monde, qui se déplace pour les petits éditeurs, pour le plaisir de la petite édition de qualité. On rencontre ses futurs lecteurs, on a le loisir d’échanger et de tenter de les convaincre. Les éditions du Réalgar sont visibles de l’entrée, via leur calicot, et leurs présentoirs dressés, qui obligent ses auteurs à certaines contorsions, mais on se tient chaud, et les fraises Tagada d’Isabelle Flaten donnent de la couleur à l’ensemble un peu sombre de l’Orpiment, son département poésie. Il y a du monde à Paris, et le beau temps – soleil, froid sec – favorise la flânerie, et le détour. Il y a de beaux ouvrages, d’autres moins, mais dans ces endroits, chacun trouve son public, pour peu que les auteurs ne se prennent pas trop au sérieux. Je rencontre Valérie B., qui cache sa timidité derrière une des Twin Towers de livres : elle est une des lectrices et la petite main des éditions, elle a aimé la Girafe et ça n’est pas la seule. Ces trois jours parisiens m’auront gonflé d’ondes positives, tant Clara continue de rencontrer son public, tant on me parle d’elle avec émotion. Isabelle – sublime auteure de « Se taire ou pas » et autres – en parle pour moi, me vend avec des mots qui me font rougir, parle d’écriture à ceux qui la cherchent, de finesse d’analyse. Ce court roman est lu d’une traite, le plus souvent, attire l’œil par les dessins de Franck et par ce titre qui accroche : un vrai bonheur quand on me le dit. Isabelle et moi formons un beau duo, complémentaires comme nos livres. Au Réalgar, on rit beaucoup, on perd un peu pied parfois, puis on se remet, au contact, à la vente. Le catalogue fait qu’on vient parfois directement pour Bergougnoux ou Ruben, mais « Bavards » et la « Girafe » se défendent. J’aurai même vendu des « Insecte & le Sacré » à des amateurs de Noirlac, et les derniers nizaniens sont repartis avec une lettre ouverte sous les bras. « - C’est qui, le vieux nizanien ? – C’est moi », jamais je ne me serai imaginé sortir une phrase pareille, il y a trente ans, mais la réponse est dans la question. C’est l’avantage de Paris, on y trouve un panel plus large, des flamencistes aux amateurs de Debussy, tant mieux pour ceux qui en ont fait des histoires. Parfois, dans la foule, on voit un manche de guitare basse dépasser tout le monde d’une tête et quand un joli minois vient nous parler, quand on écoute sa chanson, qu’on la trouve remarquablement écrite et interprétée, on se dit que la création est partout et qu’elle a le culot d’arrêter le temps, elle aussi.

996F7E10-D046-438C-8957-9BEF59CE7FFA.jpegJ’ai échappé à mes petits camarades le samedi soir pour aller parler - guidé par une chouquette, allez comprendre - de Clara et de Camille à la galerie « l’Amour de l’Art », en plein St Germain-des-prés, à l’invitation de Marie Borel, sa propriétaire. Une soirée privée qui m’a permis d’en dire un peu plus, devant un parterre choisi et, aux dires de Marie, conquis (d’avance ou a posteriori). J’y ai rencontré des gens charmants, une délicate avocate, des amis de cinquante ans ou presque, des perdus de vue depuis un moment (à l’international, voir photo), de la famille… J’ai fait le lien entre Clara et Camille, lu un extrait du poème, fait revivre des époques, des intensités. Cabotiné un peu avec « Trois Huit », qui fait rire l’auditoire, à chaque fois. La soirée s’est terminée très tard, mais j’ai tenu bon, le dimanche, derrière mon stand, avec le Boss – un des deux grizzlis de Valérie – et LA Flaten, l’entomologiste déjantée des relations humaines : la promenade dominicale ramène toujours les amoureux du livre là où ils peuvent le dénicher, et Clara trouve encore preneur au moment où je dois laisser tout ce beau monde. Retrouver l’île singulière, Aurélia, le Dîner et d’autres projets pour lesquels, un jour, je reviendrai.

20:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.