Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/03/2016

Stratégie d'effacement.

On me confirme aujourd'hui, enfin, que mon "contrat" d'animateur au Salon du Livre de Saint-Etienne n'est pas renouvelé, pour des raisons de réorganisation. L'atelier d'écriture que j'ai animé cette année, à Divonne-les-Bains, était une expérience unique, au budget réaffecté à d'autres expériences. Il n'est pas question d'une librairie qui m'invite pour parler de "Paco", ni d'un Espagnol qui y porte intérêt. J'ai bien failli, il y a une éternité, parrainer le comité de lecture d'un festival qui m'a primé puis oublié. La Région qui m'a attribué une Bourse a bien tenté de me relancer, récemment, mais n'a pas répondu au dilemme que je leur ai posé: publier un mauvais livre en leur nom ou attendre que ce livre-là soit bon, seule condition pour qu'il sorte sous mon nom à moi? Je sais qu'elle organise désormais, parmi les auteurs dotés, des rencontres autour de la façon dont on fait les romans, mais ça s'est organisé juste après moi. Je vais réunir, bientôt, autour d'un événement, trois des cinq auteurs qui faisaient partie de la liste 2009 de Lettres-Frontière, mais ce coup-ci, je serai du côté de ceux qui balaient la salle avant de partir. Il n'y a pas de sot métier, juste des chemins qui se croisent, ou pas.

20:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.