Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/12/2019

L'adieu aux arbres.

cofatorelia.jpgCe lieu de mon enfance, réinvesti par ma soeur, je n'y ai pas mis les pieds durant toute la durée des travaux, refusant d'en voir la moindre image, me détachant - contraint et forcé - des relations amicales de voisinage pendant un an et demi. Contrainte barbaresque ("j'ai eu tort, je suis revenu"), mais joie certaine de savoir qu'elle durera, cette adresse, même si les murs ont changé. Je leur avais dit adieu, à l'été 2018, ainsi qu'aux arbres, on ne se refait pas. J'étais parti terminer ce roman qui m'a pris une partie de ma vie - et dont je parle demain, à Montpellier - absolument silencieux et seul comme on me l'avait conseillé vingt ans avant. Cet hiver, au coeur d'une période que je déteste au plus haut point, j'y reviendrai, enfin, découvrirai un endroit que je sais splendide et chaleureux, dont on sait qu'il hébergera la suite de l'histoire familiale, jusqu'à épuisement. Pour le moment, la récipiendaire a eu ce geste symbolique; grande lectrice, à l'imposante bibliothèque, elle s'est fait faire des rangements sur mesure et a tenu parole, sans que je l'influence : le premier livre qu'elle a sorti des cartons, c'est le mien, le dernier, celui que la place a vu naître, dans une mécanique dont j'ai déjà traité. Le début, la fin, le début. On y revient, dans l'analepse.

22:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.