Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/03/2016

Voilà, c'est fini.

Le Cheval fait une pause, peut-être définitive: plus d’envie, plus l’autorité nécessaire, l’impression de se répéter autant que de se défiler. Je me servirai de ce support occasionnellement, quand j’aurai vraiment quelque chose à dire, ou à défendre. Un livre reliant une partie de mes articles de l’année écoulée devrait sortir prochainement, si l’éditeur concerné est toujours motivé et boucle le travail. Il sera soumis à souscription. Cela fait huit ans, maintenant, que ce blog existe, plus de cinq ans qu’il est quotidien. Les changements de vie, les échecs, la lassitude me poussent à précipiter sa fin plutôt qu’à vivre son agonie. Pour autant, je n’efface pas les presque deux mille notes qu’il contient : je suis même surpris moi-même quand on me propose d’en relire certaines. Ou quand j’apprends que telle autre circule encore et sert de support. L’écriture quotidienne est une sacrée thérapie, mais elle ne me sert plus autant qu’avant : je reprendrai ce mode, peut-être, quand j’aurai repris l’écriture, la vraie, la grande. Merci à tous ceux qui passent ici tous les jours, j’en connais. Continuez d’aller chez Chavassieux dans le même temps, ne m’oubliez pas en tant qu’auteur. Ce ne sont pas mes premiers adieux, j’espère que ce ne seront pas les derniers, mais pour l’instant, je ferme. Prenez soin de vous.

15:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.