Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/01/2020

Dithyrambes.

aurelia portrait-page-001.jpg

Les plus inquiets - de leur statut - diront que la diffusion n'est que d'estime, mais Aurelia vit sa vie, et semble en marquer plus d'un. Qu'on ne s'y trompe pas (comme on l'a fait avec les autres, et avec moi-même; par ailleurs) : ce roman est né en fin d'année 2019, mais c'est en 2020 qu'il rencontrera pleinement ses lecteurs.

"Digne des plus grandes sagas familiales, on découvre avec bonheur ces personnages qui n’ont commis qu’un seul crime : être Juifs dans une Ukraine en proie à la misère... Ils n’ont qu’une solution, fuir avant d’être massacrés comme tant d’autres avant eux.
Je suis fascinée par ce livre, par la documentation énorme dont
 Laurent Cachard s’est servi pour nous permettre d’être aux côtés de ces deux familles en fuite. Que de découvertes ! 
Je découvre un pan de l’histoire, celle de l’Ukraine, que je ne connaissais pas. Une seule envie : découvrir ce pays et ces artistes (peintres, écrivains...)... 
Et puis cette immense tristesse, une fois encore, à propos du sort des Juifs accusés par des plus pauvres qu’eux d’être à l’origine de tous leurs maux... accusés jusqu’à la torture et la mort et toujours voués à l’exil.
On suit deux familles, qui, à chaque installation, quand tout semble aller bien, sont obligées de repartir pour échapper au destin que d’autres veulent pour eux : la mort. 
On découvre les balbutiements de la psychanalyse et des femmes admirables et inoubliables. 
De la grande littérature, facile à lire cependant. J’ai retrouvé ce bonheur oublié de lire avec un dictionnaire pour vérifier certains termes et avec Internet pour visualiser des lieux, des personnages... 
Personne n’oubliera Aurelia, ni Olga, ni Anton. Et tout le monde aura, souvent, les larmes aux yeux en découvrant ce magistral roman.
Mon immense coup de cœur 2019."

« Il m’a fallu une dizaine de jours pour lire Aurelia Kreit.
C’est avec un très grand plaisir, mais aussi beaucoup d’effroi que j’ai suivi les différents exodes des familles d’Anton et Nikolaï. J’ai notamment aimé voir évoluer souvent de façon drastique le caractère des différents personnages tout au long des dix ans que dure « l’aventure ».
Intérêt de découvrir que les exactions faites aux juifs ne remontent malheureusement pas aux années 30. Ce roman n’est jamais didactique, mais pour ma part, j’y ai appris de nombreuses choses. Ce livre m’a d’ailleurs permis de mieux comprendre l’extrême solidarité qui demeure encore de nos jours au sein de la communauté juive. (...)
Bravo également pour la qualité des personnages auxquels on s’attache avec une grande facilité : Olga, Anton, Vladislav et Pavline notamment.
(...)
Dans ton nota-bene, tu écris que ton héroïne se distingue du personnage fictif qui l’a inspirée parce que la tienne a survécu. Je suppose que pour toi l’aventure d’Aurelia se termine avec ce livre (nb : merci d’avoir réussi à glisser « le cœur en croix » dans les toutes dernières lignes). Ecrire la suite de l’histoire n’aurait sans doute pas grand sens. Je le regrette un peu.
En tous cas grands mercis pour ce très beau moment de lecture de l’année. (...)

"Je n’en suis qu’à la moitié de ce roman éblouissant ! Digne des plus grandes sagas familiales, on découvre avec bonheur ces personnages qui n’ont commis qu’un seul crime : être Juifs dans une Ukraine en proie à la misère... Ils n’ont qu’une solution, fuir avant d’être massacrés comme tant d’autres avant eux.

Je suis fascinée par ce livre, par la documentation énorme dont Laurent Cachard s’est servi pour nous permettre d’être aux côtés de ces deux familles en fuite. Je découvre un pan de l’histoire, celle de l’Ukraine, que je ne connaissais pas. Une seule envie : découvrir ce pays et ces artistes (peintres, écrivains...)... 
Et puis cette immense tristesse, une fois encore, à propos du sort des Juifs accusés par des plus pauvres qu’eux d’être à l’origine de tous leurs maux...accusés jusqu’à la torture et la mort et toujours voués à l’exil.
Je retourne à la seconde moitié du roman, mais je ne pouvais pas attendre pour vous dire de foncer le lire (à se procurer chez l’éditeur)."

"Je me doutais depuis le début qu'Aurelia elle-même serait toujours présente en filigrane dans le livre pour n'apparaître en pleine lumière qu'à la fin et en effet elle annonce une belle suite... Car cette infirmière ne peut pas s'arrêter là (...).. Je reste subjugué par la maîtrise de tes personnages de bout en bout... Ils se surpassent, comme toi... Je connaissais à peu près bien une partie de ton oeuvre mais là c'est une autre histoire... Tout y est, y compris les faits historiques, les détails techniques ou scientifiques et même au niveau de la psychanalyse c'est vachement bien traité... Toujours en souplesse avec une belle dextérité. On retrouve même un peu de la problématique de la gémellité... (…) Je te trouve très habile dans tes articulations et tes ellipses, et je suis ébahi par ton rythme, une vraie musique que l'on entend de bout en bout sans jamais faiblir, c'est ça la grande force de ton roman... A la fin, on en attend encore, comme si tu en avais gardé sous la plume... Autre chose: bien aimé ta manière de gérer les trios de personnages, c'est presque systématique et chaque scène pourrait ainsi être théâtralisée... J'ai vu ce que tu avais lu (biblio) et c'est effectivement lisible: on sent bien que chaque sujet même s'il fait 3 pages a été soigneusement peaufiné et enrichi auparavant... (…) Bien aimé ton traitement de la judéité, sans insister, mais c'est le fil du roman avec l'âme slave en toile de fond...Bref, triste de quitter Aurelia à qui je souhaite longue vie... Il va rejoindre les autres Cachard entre Butor et Calaferte...Après c'est Camus et Carco..."

 

15:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.