Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/01/2016

Chronique d'un lecteur imbécile.

IMG_4609.JPGJ’ai mis longtemps à aborder « les Nefs de Pangée », le deuxième roman édité chez Mnémos de Christian Chavassieux, qui en plus d’être un ami, est un auteur absolument remarquable, dont « l’Affaire des Vivants », je le répète, est un des tout meilleurs romans de ces dernières décennies, rien que ça. Peut-être était-ce pour cette raison, d’ailleurs, que j’appréhendais de me plonger dans le massif volume d’héroïc fantasy, un genre de science-fiction dont – litote – je ne suis ni amateur, ni spécialiste. J’avais trouvé dans « Mausolées », son précédent livre de genre, un intérêt à lire ses passages sur les bibliothèques et sur la transmission. On se raccroche à ce qu’on peut, mon cerveau reptilien glissant sur les créatures, les monstres, les tribus et les nov-langues. Mais une fois les scènes d’exposition passées, les Nefs m’ont fait forte impression, là encore, dans les passages maritimes. La dixième chasse, programmée après l’échec de la neuvième (symphonie ?) est une allégorie à elle seule d’un monde qui met toutes ses forces dans ce qu’il doit engager pour sa survie : tous les peuples, de cultures différentes, de cet immense et seul continent, payent un tribut à l’ensemble, contribuent donc à la quête ultime et melvillienne de la chasse à l’Odalim, le maître de l’Unique, les eaux dont il est la légende et le gardien. Chaque chasse garantit un âge de survie, proche d’un quart de siècle humain, et la gloire de ceux qui l’ont menée à bien, dont le récit sera magnifié par un conteur. On construit et on arme des navires, une flotte jamais vue encore, trois cents nefs, et déjà, dès le début du roman, le style Chavassieux opère : la description est pointilleuse, dans l’Arsenal, Logal, personnage central, s’enthousiaste devant l’opulence de cordes, de bois et de soie, cette chorale de vergues et de poulies. Comme dans « Mausolées », le lecteur réticent à la SF se trouve plongé dans une énonciation ultra-réaliste, qui le rassérène : on peut continuer. L’idée géniale du pouvoir de Basal, la capitale, est de réunir les peuples, qui se font la guerre, pour la tourner vers un adversaire unique, l’Odalim : « Nous en sommes réduits à la guerre parce qu'il n'y a tout simplement pas d'interprète entre nos civilisations. » Les Grecs l’ont fait avec les Jeux Olympiques, mais les peuples de Pangée vont plus loin encore, car la croyance veut qu’une victoire sur le Maître, régénéré à chaque chasse, garantit la survie de leur monde et sa domination sur l’ennemi ancestral – et bouc émissaire de tous les maux - qu’ils pensent avoir exterminé, les Flottants. C’est une victoire de Chavassieux sur le lecteur imbécile (moi) : même quand il n’y comprend rien à toutes ces histoires, il peut se raccrocher à une crypto-anthropologie - voire un anthropomorphisme, comme dans l’analyse à la Littel* que Hamassi fait des Flottants - du récit À une lecture politique, aussi : pendant que l’Odyssée se prépare, un conflit fratricide se génère et Logal, le Bâclé, verra son frère, le Préféré, Plaisil, devenir Remet, équivalent dystopique du Führer, terreur, costumes et défilés compris. Le récit s’articule autour de l’exil forcé de Logal, de la chasse commandée par Bhaca, suivie par Hamassi, qui devra la raconter, au retour. Car seul compte le retour, vois-tu ! On assiste à des scènes dantesques et très précises d’orages, de mutineries, de stratégies navales, de contre-attaques du Maître. Le lecteur – quand il ne s’arrête pas à la moitié du livre** - voit passer l’Odalim de la légende à la réalité, comprend qu’il est habile, jusqu’à feindre la mort, pugnace et même pluriel, sans tout raconter. Le même lecteur, comme les protagonistes, finit par douter du bien-fondé de la chasse, dans le même temps où, sur terre, le vieux monde s’écroule pour laisser place à un ordre nouveau, guère plus reluisant : les (bons) livres disent toujours plus que ce qu’ils racontent. Chavassieux, entre deux clins d’œil, l’un à Salammbô, avec les lions crucifiés sur les terres des Thanafer, peuple sans pitié, l’autre aux Dix Commandements avec les eaux qui s’ouvrent devant leur Maître, balayant toute résistance – hommes, Nefs, Terres même - comme un fétu de paille. C’est toute la question des cultes qui est posée par cette guerre qui n’a ni fin ni finalité, au bout du compte : chacun des peuples est guidé par sa croyance et sa culture, on trouve des pacifistes qui s’affaiblissent, privés en mer du sucre des fruits dont ils se nourrissent, des neutres et des bellicistes. Des condescendants, aussi. L’Armada, prétendue invincible, devra s’armer contre le poison de sa corruption autant qu’empoisonner les flèches et les harpons qu’elle réserve au Monstre. La belle cérémonie de prononciation du nom des victimes ne supporterait pas l’échec de la dixième, ils le savent, et la responsabilité de celle – beau personnage que cette Hamassi, grâce à qui on comprend mieux les nombreuses ellipses du récit – qui devra raconter la chasse est grande. Trop ? Les tempêtes soudent les équipages, l’attente et l’angoisse les défont, on peut prendre, je le répète, le roman dans un sens classique, réaliste : naval. Non dépourvu d’ironie : on trouve des oracles qui ont de mauvais pressentiments, des pantomimes ratées, des élus de Dieu qui perdent contrôle et donc des conteurs qui, quoi qu’il arrive, sauront faire de ce combat minable un récit épique dont tous se souviendraient. La parabole des oiseaux messagers qui suivent le Maître des eaux et lui désignent sa proie à venir - celle qu’il éloignera dans les eaux glacées pour qu’elle perde tout espoir de retour et s’abandonne à l’idée qu’elle puisse être mortelle et lui plus qu’un ennemi – est digne d’interprétation, également : Quand nous serons orphelins de notre propre légende, quel sens aura notre  existence? interroge l’un des personnages, démontrant que l’homme se construit sur des légendes davantage que sur des actes. Il y a tout un monde à reconstruire après « les Nefs de Pangée » et Chavassieux, s’il questionne ses frères humains sur la propension qu’ils ont à sublimer leur condition, laisse le lecteur dans le doute, le juste, sur des visions qui prennent vie et sur un épilogue mi-dépité mi-romantique.

Si je devais mettre un bémol à mon heureuse réception du livre, ce serait sur la dernière partie, celle des Humains, que j’ai sans doute mal comprise. Mais l’auteur m’avait donné un conseil, le même qu’il a donné à sa Maman : lire le roman sans se soucier trop des ramifications, complexes. Ce que j’ai fait. Et j’ai tout gagné, au passage : j’ai lu des scènes à couper le souffle, de celles qu’il faudrait faire étudier à ceux qui se destinent à prendre la mer, je me serais même retiré sur Memphée si je n’avais pas déjà trouvé mon île singulière et le bleu qui va autour. Et j’ai itéré d’une unité l’œuvre décidément à suivre d’un auteur essentiel.

* dans "les Bienveillantes", le rapport anthropomorphique hallucinant qui décide du sort d'une peuplade du Caucase.

** clin d'oeil à l'article récent d'une blogueuse qui n'a pas aimé un livre dont elle dit avoir arrêté la lecture tout en le chroniquant.

 

Les Nefs de Pangée, Editions Mnémos

http://www.mnemos.com/catalogue/les-nefs-de-pangee-aout-2015/

17:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.